... tout, tout, tout sur les cartes postales ...

    Durant les années de la vie active, la ville de Savigny-sur-Orge nous a été totalement transparente. Nous ne connaissions pas notre ville. Ni sa structure, ni son Histoire, ni son développement récent.     

    Là aussi, tout à fait par hasard, en achetant une carte postale du début du siècle, j'ai pénétré dans l'espace d'un monde parallèle : le monde de la cartophilie.     Je l'avais achetée bêtement parce qu'elle portait le nom de notre avenue : "Les marronniers" ; qu'il s'agissait d'un pavillon portant ce nom et situé à 2 km de chez nous, sur Savigny-sur-Orge. J'avais, sur l'instant, trouvé cela amusant, mais sans plus.     

    J'ignorais tout de l'activité cartophilique. J'ignorais qu'il existait des salons consacrés aux cartes postales. J'ignorais qu'il ait pu y avoir autant de cartes postales émises pour une seule ville. J'ignorais la richesse et l'intérêt des cartes postales. J'ignorais que je me hisserais aux premières collections de cartes postales de Savigny-sur-Orge.

 

Historique : 

    La carte postale est née officiellement à Vienne (Autriche) en 1869. C'est une correspondance ouverte sur un support cartonné non illustré.

    C'est en 1872 que les mots "carte postale" figurent pour la première fois dans un texte officiel. En effet, c'est par la loi de finance du 20 décembre 1872 que l'administration des Postes autorise la fabrication des cartes postales.

    La correspondance ne devait pas dépasser 5 mots, pour bénéficier du tarif d'affranchissement réduit. Cette réglementation sera en vigueur jusqu'en ... 1964. Les cartes postales bénéficient d'une tarification spéciale de 1873 à ... 1971, avant que le tarif lettre ne soit appliqué. Un espace au verso permettait une correspondance. Au recto, ne figurait que l'adresse.
    Ici, les notions de "recto" et "verso" le sont au sens de la Poste. Le "recto" étant la partie qui intéresse les Postes, c'est-à-dire l'adresse ; le "verso" étant la partie imagée. Les cartes postales, telles que nous les connaissons avec l'adresse et la correspondance sur le même côté, datent de l'arrêté du 11 novembre 1903.

    La carte postale en correspondance brève n'était ni plus ni moins que le téléphone d'aujourd'hui. Il y avait beaucoup plus de levées qu'aujourd'hui et beaucoup plus de tournées de distribution.

                1900 marque le début de ce qui sera appelé "l'âge d'or de la carte postale". Cet âge d'or s'arrête avec la guerre de 1914.

    Dès cette époque, les cartes postales sont déjà collectionnées.


Éléments cartophiliques :                                               

 

Cette correspondance, qui s'ajoute à bien d'autres, nous renseigne sur le fait que la collection de cartes postales était assez répandue à cette époque.

    Constituant une richesse d'enseignement et de témoignage incomparables, les cartes postales sont très recherchées surtout dans la période la plus ancienne, aux alentours de 1900.

    Eh bien justement, grâce à l'esprit de collection qui va prévaloir dès ces années, nous sommes à peu près assurés d'avoir préservé la quasi-totalité des cartes postales éditées durant les années 1900-1914.

    Car, à la faveur des déménagements et autres changements de la vie, les cartes postales vont se transmettre d'une famille à une autre, d'une génération à une autre, sous forme d'albums ou de collections compactes facilement transmissibles. La forme des coins observée sur plusieurs cartes postales du début du 20 ème siècle, témoigne que ces cartes postales étaient conservées dans un album.

   Paradoxalement, il en va tout autrement des cartes postales aux alentours de la période 1940-44 et depuis le sortir de la dernière guerre mondiale. Car, on ne fait plus collection de cartes postales. Et lors des déménagements, on vide les tiroirs et on brûle les papiers. C'est si vrai que durant quelques 25 ans, après cette dernière guerre, nombre de brocanteurs, qui faisaient commerce de meubles, ont brûlé de grandes quantités de cartes postales trouvées dans les tiroirs, pour s'en débarrasser. Mais heureusement depuis, ayant compris, ils ont changé leur pratique ...

 

            

 Ces deux vues illustrent le propos ci-dessus, mais également permettent de montrer ce qu'est une carte postale de collection quasi-parfaite.

  • Il faut qu'elle soit en bon état.
  • Il faut la présence du timbre.
  • Il faut une oblitération; mais mieux, celle du départ et celle d'arrivée, comme ici.
  • Il faut une adresse ainsi qu'une correspondance bien lisibles.

    Pour cet exemple, Il est à signaler que nous avons une date de "novembre 1902". Cette date est bien conforme au fait que les éditions de cartes postales, jusqu'en 1903, n'autorisent la correspondance que du côté dit "verso" avec une plage blanche, et exclusivement l'adresse du côté dit "recto".     

    De plus, la lecture de la correspondance vient souvent nous renseigner des événements de cette époque. Ci-dessus, nous avons un texte sans ambiguïté. De fait, la nouvelle Gare qui sera construite au delà du passage à niveau que nous apercevons au loin, va remplacer celle-ci en 1904 (inauguration cette année-là). Ces clichés étant effectués sur des plaques photographiques, nous bénéficions d'une très grande qualité dans les détails. Par exemple, pour les cartophiles avertis, il a été possible de reconnaître un éditeur de Savigny-sur-Orge, propriétaire d'un café, sur de nombreux clichés. Ici, on le voit de dos : c'est A. Thévenet.

 

                        Nous sommes toujours en 1902. Si Léontine, sur la carte postale du haut, avait été raisonnable, il n'en est pas de même avec Adeline qui a largement dépassé les 5 mots sur cette carte postale. ... Elle va le payer au prix fort : 2 timbres de 5 c !

 Autre particularité de reconnaissance : le papier. Durant la guerre de 1914-1918 et quelques années au delà, le papier de bonne qualité fait défaut et les éditions se font sur des supports de papier verdâtre. Cela nous permet de connaître approximativement la date d'une édition.

 Les cartes postales se divisent en 3 catégories qui répondent à trois époques différentes :

  • Les cartes postales anciennes ( CPA ) vont du début des cartes postales (fin du 19° siècle), aux années 1914-1918.
  • Les cartes postales semi-modernes ( CPSM ) vont de 1918 à 1975.
  • Les cartes postales modernes ( CPM ) vont de 1974-1975 à nos jours.

       Tout ceci n'est évidemment qu'un regard rapide sur cette expression artistique au service de la correspondance. Il faudrait ajouter toutes les techniques de prise de vue ainsi que de reproduction auxquelles sont sensibles les cartophiles : de la composition monotype au simili-offset en passant par l'héliogravure, offset-trait ... etc. Sans parler de la trichromie au film diapositif en couleur photo.

 Les collections de cartes postales sont multiples. On pourrait citer celles qui intéresse une ville. Bien sûr, toutes les villes ne sont pas traitées sur le même plan ; et il ne s'agit pas toujours de son rang national. Mais par exemple, une ville comme Biarritz va pouvoir réunir dans son album quelques 20.000 cartes postales au vu de sa fréquentation, de ses résidences particulières et manifestations en tout genre ; à la belle époque.

    Il existe une foultitude de collections : de recettes de cuisines (différentes selon les régions traversées), des montreurs d'ours, des attelages de chiens pour l'acheminement du lait, de denrées etc..., des métiers divers, des scènes de travaux aux champs, des moyens de transport, des activités ferroviaires, des accidents ferroviaires et exclusivement cela, des baleines échouées, ... etc. etc. ; la liste est très longue. Et d'ajouter les cartes postales parfumées, en dentelles, de nus, de politiques, ...etc...etc.

 Sans penser être complet, il faut ajouter qu'il existe des cartes postales rares, très recherchées ... et donc, de chères à très chères : les Cartes-Photo. Ce sont des tirages photos au format "carte postale". C'est-à-dire qu'il n'y a pas de technique assurant des grands tirages. Donc, ces cartes postales existent à très peu d'exemplaires, parfois 2 ou 3. 'Existent'? Il serait plus exact d'écrire "existaient". Car c'est déjà un exploit qu'une ou autre nous soit parvenue.

    Dire également que sont très recherchées, les cartes postales aériennes. Très souvent en semi-modernes, entre les deux guerres, elles nous apprennent beaucoup de choses.


Éléments de réflexion :                                                    

    La mémoire est fragilisée par les années qui passent très-trop rapidement. Le témoignage est toujours suspect et doit impérativement être recoupé. Même les écrits, au fil du temps, sont sujets à interprétation.

    Ainsi, les clichés effectués il y a plus d'un siècle sont des éléments irremplaçables. Ils constituent la matière première d'un fonds patrimonial d'une ville, d'une région, d'une activité humaine quelconque. Il n'est guère d'ouvrages traitant d'une activité contemporaine qui n'étayent son texte par quelques cartes postales.
    Posséder de nombreuses cartes postales sur une ville, c'est disposer d'un peu de l'Histoire contemporaine de celle-ci.

    Dans notre microcosme de Savigny-sur-Orge, ce qui, a posteriori, a été le plus étonnant, c'est que nous n'étions pas les seuls à ignorer beaucoup d'éléments du développement de cette ville. Même des personnes natives de Savigny-sur-Orge ignoraient énormément d'événements qui ont été mis en évidence grâce aux cartes postales.


Savigny-sur-Orge:                                                             

    Combien de cartes postales constituent ou constitueraient un album complet de tout ce qui a été édité sur la ville ? Je pense que nous devrions être aux alentours de 1100 à 1200.

    Pour ma part, j'ai pu réunir quelques 1050 cartes postales différentes, à ce jour. Toutefois, il faut bien préciser, qu'en toute rigueur la collection réunit la totalité des cartes postales portant la mention de "Savigny-sur-Orge" dans son intitulé. Mais toutes n'intéressent pas directement Savigny-sur-Orge. Pourquoi ? :

  • Les éditeurs étaient là pour éditer et non se soucier des vérités territoriales ou communales. Par exemple en 1909 et quelques années antérieures, à proximité de Savigny-sur-Orge, se trouvait le premier terrain d'aviation au monde (selon la définition internationale) ; c'est-à-dire avec hangar et tour de contrôle. Ce terrain, nommé "Port-Aviation" se situait sur la commune de Viry-Chatillon. Il n'y avait pas un seul cm2 sur les communes de Savigny-sur-Orge ou de Juvisy-sur-Orge. Pourtant, nombre de cartes postales sont intitulées aux noms de Savigny et de Juvisy.
        Lorsque le dimanche, les curieux et autres badauds venaient de Paris, ils avaient dit avant de prendre le train : je vais à Juvisy ou mieux, je vais à Savigny (gare plus proche) voir les aéroplanes. Il est bien évident qu'ils voulaient marquer cette visite en expédiant une carte postale préférentiellement de ... Savigny et non de Viry-Chatillon qui n'était connue de personne. ... Et les éditeurs le savaient ...
  • De la même façon, des châteaux, très nombreux en région parisienne, jouxtaient une population qui parfois habitait sur la commune voisine. Là aussi, les éditeurs se sont adaptés et ont édité des vues de châteaux au nom des deux communes. Par exemple, j'ai une vue d'un château, maintenant démoli, qui est plus belle éditée pour la commune voisine que pour Savigny!
  • Également des vues attribuées à Savigny, mais qui ont été prises très en dehors de la commune. Même si une telle carte postale doit faire partie de la collection, il y a obligation d'en faire une étude pour la situer correctement. C'est l'avantage d'une collection importante de pouvoir faciliter cette analyse par comparaisons avec d'autres clichés.
  • Il existe aussi des cartes postales d'une commune voisine, mais dont la vue intéresse bigrement Savigny-sur-Orge, pour étude.

    Elles sont classées dans dix albums :

 

    Classement selon 7 rubriques :

  "les Châteaux, Bâtiments administratifs et Églises, Rues et Places, les rivières Orge et Yvette, des Maisons, Divers, Photos+Extra (Cartes-Photo + Cartes-Publicité, commémoratives ...)"

Elles sont séparées en "Anciennes" et "Semi-Modernes avec Modernes".

    À l'ordinateur, elles sont classées chacune selon 32 paramètres.

L'avantage d'une collection de carte postale comme celle de Savigny-sur-Orge, c'est qu'elle ne sera jamais terminée. Je connais des cartes postales qui sont chez des personnes et que je n'ai encore pas pu retrouver dans une vente.


Guiche:                                                                                 

    Cette collection est toute récente. Elle a débuté bizarrement.

    Nous étions à Lille (avec Mémé) et en revenant de faire un tour dans la ville, nous passons par la célèbre "Grande place" au non moins illustre bâtiment du 17 ième siècle : "La Vieille Bourse", dont la cour est (ou était) entièrement dévolue aux vieux papiers ; c'est-à-dire les livres d'occasion, mais également cartes routières, gravures ... enfin tous les vieux papiers. ... Et trois malheureux vendeurs de cartes postales anciennes. Mon ange gardien a eu la curieuse idée de me pousser à demander les cartes postales du département 64 (Pyrénées Atlantiques) pour rechercher, pourquoi pas, Guiche (le village de mes grands-parents maternels, de toute ma jeune enfance). Il était malin mon ange gardien, car lui savait ce que j'allais y trouver, moi pas du tout.

    C'est ainsi que je tombe nez à nez avec une carte postale "Guiche" et plus bas "Fontaine et Lavoir Hiriart"; carte postale datée du 27/10/1908. La surprise a peine avalée, je reconnais le visage caractéristique de Laetitia, photograpliée sur le bord de la fontaine. Laetitia qui me faisait chauffer le repas du midi (début de la guerre de 1940) à la maison "Hiriart" (les propriétaires de la maison de mon enfance : "Betjean"), lorsque j'étais à l'école communale (maintenant Mairie de Guiche). C'est la première carte postale de la collection. Depuis, le lavoir a été restauré par la commune.

  Vous pouvez cliquer dessus,
      pour l'agrandir.

    Mais la collection est des plus modestes et ne suffit pas à alimenter une étude sur la commune.

    Je n'ai à ce jour que 73 CP. Donc, un fonds très modeste de cartes postales de Guiche ... . Guiche, où après être né à Paris, j'y suis arrivé ; je n'avais pas 15 jours. J'y ai appris à marcher, à parler ma langue maternelle (le béarnais de cet espace) et à écrire dans deux écoles communales. Guiche, où j'ai appris à aimer et à m'emerveiller de toutes les choses de la vie ; des travaux de la terre nourricière, à tout ce qui faisait la vie d'une ferme, à me passionner pour la nature sauvage des barthes, des landes et du maquis, jusqu'à observer déjà les étoiles et les cailloux.
    Je vous fais un renvoi sur : Les Cartes Postales de Guiche directement.
                                   ou sur : Les Cartes Postales de Guiche, du site de la Mairie de Guiche. (Voici d'autres cartes postales de Guiche présentées par Gérard Fam)

    Toujours le paradoxe de la difficulté de trouver des cartes postales semi-modernes des années 1950-1960. Je connais l'existence de six d'entres elles ... mais les trouver ...