... tout, tout, tout sur l'atelier ...

    Pour bricoler un brin, une batterie d'outils est nécessaire. Certains outils sont souhaitables, d'autres indispensables. Bien qu'en toute chose, il faille toujours rechercher le compromis, l'outillage souffre trop souvent de la mauvaise qualité. Il faut donc privilégier, autant que faire se peut, une certaine qualité à l'acquisition. Par exemple, une clé plate doit être de qualité "Facom", sinon tôt ou tard, au mieux on s'en mord les doigts, au pire on se les abîme.

      Mais l'étroitesse du lieu oblige à une recherche de rangement et de disposition. Je ne m'en plains pas.

      Je ne possède pas, par exemple, d'un banc complet pour la découpe du bois en vue de fabriquer des meubles. Cela ne me fait pas défaut. Par contre, me manque une plieuse-rouleuse que je voulais fabriquer. Bien sûr, que ne passant pas la totalité de mon temps à l'atelier comme un vaporiste ou autre modéliste qui fabriquent des machines de plusieurs centaines voire de milliers d'heures, mon attirail est toutefois fort modeste. C'est toujours la résultante d'un compromis entre l'atelier et toutes les activités annexes.

Aménagement :                                                      

    Lorsque l'on n'est pas riche en place, il faut s'arranger en arrangeant. Bien sûr, on ne peut pas faire l'économie d'un large tableau qui permet de se saisir rapidement d'un outil. Puis avoir un plan d'établi avec une perceuse à colonne et un étau. Mais cet espace est souvent encombré par des travaux en cours, alors qu'il faudrait une petite place pour une autre activité. Donc la solution : un espace milieu où j'élabore tous mes petits travaux. De plus, cet espace est mieux exposé à la lumière de la fenêtre.

      Je l'ai rattaché à un plan qui supporte la meule électrique et un plan de traçage des pièces. Dessous ce plan, se cachent un tiroir de face et un petit tiroir latéral et dessous encore, deux gouttières en PVC dans lesquelles je mets les petits tubes, corde à piano, acier stub, étiré, ronds, ... etc.


outillage :                                                                            

       De l'outillage commun que j'avais déjà et certains outils qui me viennent de mon père et mon beau-père (vos arrières grands-pères).

Que ce soit pour le bois, pour le cuir ou autres, ces derniers m'ont très souvent été d'une grande utilité.

Pauline, du haut de son sens aigu de l'observation, m'a demandé : "Pépé, tu t'es servi de tous ces outils ?"

Bonne question. Eh oui, Pépé s'est servi, au moins une fois, de tous ces outils!

Ouf! Je l'ai échappé belle ; Pauline ne m'avait pas posé la question : "Pépé t'es-tu BIEN servi de tous ces outils?"


Tour-fraiseuse :                                                                 

   C'est un tour de taille moyenne qui permet le travail sur des objets de 250 mm de diamètre et 800 mm de long.

Il est affublé d'une fraiseuse. Mais ce dernier montage est trop sommaire ; il manque une crémaillère sur l'axe vertical lui-même. Je perds beaucoup de temps dans les réglages d'angles et de dimensions. De plus, ces réglages restent des réglages approchés.


Soudure :                                                                            

  Au départ, il y a l'indispensable fer à souder électrique avec sa bobine d'étain. Celui-là ou ceux-là m'ont servi depuis fort longtemps pour les circuits électroniques, mais également pour les montages électriques domestiques.

      Ensuite, ce qui sert, à tout bout de champ, est la lampe à souder sur bouteille de butagaz camping. De la toute petite lampe à la grosse pour des chauffes plus importantes. Mais la température obtenue n'excède pas les 650°. C'est à peine suffisant pour les brasures basses températures.

      Donc, pour tous les autres besoins en températures élevées, il y a le chalumeau oxy-acéthylénique. Ici l'acéthylène est remplacé par une bouteille de propane. Mais la température obtenue est de 2000 à 3000°. Avec ça, il est déjà possible de faire pas mal de bonnes soudures. Le seul inconvénient, avec un matériel d'amateur, c'est que les quantités de gaz sont petites et l'autonomie n'est pas des plus importantes.

      Pour des soudures plus spécifiques, qui demandent une non-déformation de l'ensemble à souder, il y a la solution du poste à soudure électrique. Il fonctionne très bien et il a beaucoup servi. Pour les travaux de maison, il est pratiquement indispensable ; avant le chalumeau.


Machine à coudre :                                                           

      À la faveur d'une brocante, Évelyne (votre maman, David, Bastien et Hugo) fait l'achat de deux machines à coudre d'un coup. Ainsi pour la somme de 23 €, j'ai pu bénéficier d'une ancienne Singer. Il faut dire qu'elle ne piquait pas grand chose et que je ne connaissais rien du mécanisme d'une machine à coudre.

      Donc, démontage petits bouts par petits bouts. Il est vrai que c'est une pure merveille mécanique. Nos aînés avaient mis en oeuvre une quantité de solutions fort astucieuses.

      En fin de compte, elle s'est mise à piquer et moi je me suis mis à comprendre comment il fallait s'y prendre pour réussir de bonnes coutures. Elle est devenue indispensable pour la fabrication des cerfs-volants. Bien qu'elle me serve maintenant à bien d'autres travaux, je n'ai pas encore tiré profit de tout son appareillage et certainement que je n'en aurai jamais l'occasion.


Tableau noir :                                                                     

      C'est bête comme chou, mais avoir à faire un croquis rapide, à le modifier, à le comparer avec une autre solution, quoi de plus pratique qu'un tableau noir et une craie ? Sitôt dit, sitôt fait. Il est continuellement barbouillé. Il est affublé d'une calculette pour reposer mes neurones dans les calculs des côtes. Et d'un mini-bloc de postScript, pour y reporter les matériaux qui me seront éventuellement nécessaires à acheter.


Et le reste ... :                                                                      

      Eh bien, comme tous les bricoleurs qui se respectent, il y a l'arrière boutique avec une quantité d'éléments divers dont parfois on a oublié jusqu'à l'existence. Ça peut servir! Et souvent, ou parfois, ça sert en effet. Stock de petits moteurs, roulements à billes, éléments de tourne-disque, de machine à laver, etc. etc...